MENU

Biographie David

Biographie du fondateur de l’association et actuellement encore, responsable de l’équipe au Togo

branche parchemin

Biographie Togbe (David)

 

Je suis né à Zowla le 02 août 1946.
J’ai perdu ma mère dans des circonstances difficiles, à 1 an 1/2 et mon frère juste après.
Je suis donc resté seul avec mon père qui n’a pas voulu se remarier et ce, jusqu’à l’âge de 4 ans, où je l’ai perdu de maladie.
J’ai donc été élevé par mes tantes, avec beaucoup d’affection, mais sans fratrie, ce qui est exceptionnel en afrique.

Après le cour Primaire à Lomé, je me suis rendu à 12 ans en Guinée (tout seul), chez une autre tante, révolté du décès de mes parents…

Après le certificat d’étude, je suis revenu au Togo jusqu’en 1964 pour passer le BEPC.

A 18 ans, j’ai décidé de prendre mon baluchon et de repartir au Sénégal.

Deux années en école normale de Rufisque, j’ai enseigné et géré l’école Seydou Norou Tall jusqu’en 1970.

Ne trouvant pas ce que je recherchais, je suis parti!
J’ai airé dans plusieurs pays, Mali, Mauritanie, les îles Canaries, l’Espagne et j’ai atterri en France, à  Toulouse, en 1971.
Pour subvenir à mes besoins, j’ai été employé en usine à la menuiserie métallique entre 1972-73, puis employé à la Société des « presses de la cité » toujours à Toulouse, en tant que facturier.
Durant ce temps, j’ai rencontré Huguette avec qui je me suis marié 6 mois après mon arrivée en France. Elle m’a beaucoup aidé à me construire, tout en fondant notre famille.
A cette époque, un ami, Jacques Massarel, m’a également beaucoup apporté en m’initiant à l’ésotérisme. J’ai pu enfin comprendre que mes parents décédés ne m’avaient pas abandonné, mais au contraire, ils sont toujours là, avec moi à mes côtés pour me protéger!!!

En 1974-75, j’ai créé une entreprise d’import-export en France (de tous les produits artisanaux d’Afrique).
De 1975 à 1977, création d’une société internationale d’import-export,toujours à Toulouse, appelée« IMPORT AFRICA EXPORT (‘IMAFEX-FRANCE) ».
Entre 1977 et 1984, j’ai assumé la responsabilité de la société IMAFEX-TOGO SUCCURSALE à Lomé (Togo), en tant que directeur.
Et en 1984, pendant un an, je deviens responsable du service export dans la Société « France SERVICE CLEF » pour l’exportation de toutes les machines d’imprimerie, clés minute et gravure vers le Sénégal, Mali,Cameroun.

Après quelques années, je m’engage dans les Associations humanitaires (O.N.G.).
J’ai commencé en tant que bénévole dans l’association « Terre des Hommes » pour l’Afrique.
Puis, au cours d’un de mes voyages d’affaires en 1988 au Sénégal, j’ai accompagné un de mes amis à un rassemblement de prière, et là, un marabout d’environ 80 ans, IBNOU Amar m’a interpellé au milieu d’une assemblée d’adeptes musulmans. Il m’a appelé afin d’avoir une discution à hui-clos avec moi. J’étais ébahi! Durant cet entretien, il m’a expliqué que son père lui aurait prédit que quelqu’un viendrait aider son village Djemoul au Sénégal. Cette personne serait entourée de beaucoup de blancs. Et qu’il avait senti cette personne en moi!  Je lui ai dis, que si c’était ainsi, il n’avait qu’à me faire une lettre pour me confirmer cette prédiction, ce qui fût fait…

En 1989, Danielle Chavalarias et moi-même avons sensibilisé tous nos amis en France pour la création d’un projet humanitaire qui nous tenait à cœur! La maman de Danielle, Réjeane s’est portée garante pour l’achat d’une maison, à St Suplice la Pointe (Lugan).
Environ une soixantaine de nos amis ont adhéré à nos idées, et après un vote secret le nom de LA SOURCE  a émergé, afin de représenter officiellement l’association co-fondée par Danielle, Réjeane et moi!
Nous avons commencé nos actions en recevant, en tant que famille d’accueil (tous les 3) des toxicomanes, après une cure de désintoxication, pour les réinsérer dans la vie active.

Nous avons également construis autour de la lettre expliquant la prédiction du marabout, notre action Humanitaire.
Pendant 2 ans de réflexion, je me suis rendu plusieurs fois dans ce village de Djemoul pour mettre en place un service social, en emportant de la friperie, médicaments et tout ce dont ils ont besoin pour démarrer le maraîchage.
En 1991, j’ai pris la décision d’aller aider ce village et avec des amis, nous avons commencé la sensibilisation pour récupérer du matériel Agricole, médicaments et matériels scolaires. Ensemble, nous avons pu récupérer 45 tonnes de matériel. Il y avait de tout! J’ai décidé d’amener le matériel au Sénégal.
Entre temps, j’ai appris que le marabout était décédé et que son frère l’avait remplacé.

Nous avons organisé des kermesses pour collecter des fonds pour l’envoi d’un camion de 10 tonnes. A Dakar, j’ai appris qu’avant de pouvoir sortir le camion, il fallait une autorisation au prés du gouvernement.
Au bout de 4 mois de démarche l’état sénégalais nous avais accordé à l’issue d’un conseil des ministres le titre d’Organisation Non Gouvernementale (O.N.G.) en 1991 ainsi que l’admission temporaire par le ministre des finances, ce qui nous donne droit à l’exemption des droits et taxes douaniers.
Enfin, le camion fut sorti du port. Giselle Gential, une amie, et moi avons pu commencer le travail d’alphabétisation pour les adultes et adolescents (hommes et femmes).
Après certaines difficultés, et aides de diverses personnes, notamment d’Orizon 2000 (O.N.G. destinée à soutenir les plus petites associations), notre travail sur le terrain a pu, après 13 années, prendre une bonne évolution, nous incitant à laisser la population prendre leur autonomie!

Entre temps, j’avais reçu au Sénégal, la visite de mon oncle Anani Joseph Koudoyor. Durant sa visite, il m’avait fait part de sa préoccupation de voir notre village dans une vétusté avancée et m’a demandé de venir aider la population de Zowla à se prendre en charge compte tenu de mes actions menées au Sénégal, comme mon projet initial était d’aider le Togo, j’ai accepté sa requête!
J’ai demandé aux dirigeants de Zowla de réaliser un projet, qui nous servira de point de départ à nos actions sur place.
Durant ce temps, le bâtiment de LA SOURCE en France fût vendu et Cathy Pharipou a repris la présidence, amenant l’association dans l’Hérault, à Pézénas, LA SOURCE AFRIQUE renaît.

Depuis grâce à Cathy MARTINA, l'association continue à aider et soutenir la population de Zowla. La gestion demeure le travail du bureau français qui se trouve dans l'hérault, et après quelques modifications, La Source Afrique est redevenue piscénoise. 
Je travaille en étroite collaboration avec le bureau français, mais de part mes nombreuses responsabilités de chef traditionnel, je suis relayé localement à Zowla par Hilaire, employé togolais de l'association.

Mes ancêtres faisaient partie du royaume Guin du côté de ma mère et du côté de mon père prince Guin.
Mon arrière arrière grand père fut intronisé chef traditionnel de Zowla vers le 18e siècle et en 1889 mon arrière grand père Koudoyor Degbefio fut intronisé chef tradionnel de Zowla par les Allemands. Il fût placé sur le trône et géra Zowla dans la paix et l’amour.
Depuis mon retour au Togo, en plus du développement de Zowla, j’ai été investi sur le trône de mes ancêtres comme chef traditionnel du village de Zowlagan du royaume Guin, le 22 octobre 2005 sous le nom de Guin Fio Togbe Foligan Sipoaka Koudoyor Degbefio IV!

Mon intronisation en tant que l’héritier du trône, a été choisi tout d’abord par les ancêtres, ensuite la famille, la population et finalement par l’état qui reconnaît le choix des ancêtres par un arrêté Ministériel comme reconnaissance administrative me permettant de travailler officiellement avec l’état à la gestion du village.
Mon intronisation fût une étape éprouvante, régit par de nombreuses lois traditionnelles. L’une de ses lois est qu’il me fallait une femme à mes côtés. Et pour des raisons de sécurité, la nature faisant bien les choses, j’ai retrouvé la maman de mon fils aîné Kiti Koudoyor qui est devenue aujourd’hui ma femme! 
Etant native de Zowla, elle m’a aidé à comprendre la population et les cérémonies…

 

Aujourd’hui, je partage ma vie, mes responsabilités de mes obligations traditionnelles et mon engagement, toujours pour la population de Zowla, à travers LA SOURCE AFRIQUE…

intronisation de Togbe (David)

branche parchemin

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer